Thursday, October 9, 2008

Festival du Nouveau Cinéma: un festin visuel avec Hunger


C'est la deuxième journée du FNC et le film que j'ai eu la chance d'y visionner était splendide! Je suis donc ici tout à fait du même avis que mon collègue Nicolas Krief, qui était également dans la salle.

Hunger traite des prisonniers politiques en Irlande du Nord en 1981 et de leur mouvements de protestations, plus particulièrement de la grève de la faim que se fait subir un des leaders du mouvement, Bobby Sands (magnifiquement interprété par Micheal Fassbender). Pour ma part, c'était la première fois que je visionnais un film concernant la situation politique de l'Irlande d'un autre réalisateur que Ken Loach. Mes attentes étaient élevées, et elles sont plus que comblées. La mise en scène de Hunger est unique et saisissante. Aucune musique. Pratiquement aucun dialogue (en dehors du plan séquence de 22 minutes à la moitié du film). Les images parlent d'elles seules et la communication se trouve dans le jeu des acteurs. Comme Nicolas l'a déjà écrit, c'est un film cru et très fort en émotions. La violence (physique ou morale) rend le film par moment difficilement supportable, mais est tout à fait justifiée. La scène qui est la plus intense à mon avis est celle où Bobby doit passer entre deux longues rangées de policiers qui le matraquent agressivement. Dans le même plan, on voit à gauche le pauvre se faire tabasser et à droite, réfugié derrière un mur, un des policiers qui pleure, réalisant l'horreur de la situation. Au niveau visuel, une caméra fixe crée un rythme lent qui met en évidence les gestes des personnages. La direction photo (particulièrement la luminosité) est magnifique. Qu'un seul bémol: l'absence de sous-titres, qui m'a fait perdre certaines bribes de la conversation aux accents irlandais lors du plan séquence.

Un autre événement se produisait aujourd'hui, le lancement 2008 du Wapikoni Mobile, cette roulotte qui voyage dans 14 communautés amérindiennes de la province à longueur d'année pour donner aux jeunes qui vivent dans des conditions difficiles l'opportunité d'apprendre le cinéma. Une excellente initiative de la cinéaste impliquée Manon Barbeau (connue aussi pour son documentaire L'Armée de l'ombre). Pour l'occasion, près de 300 personnes, dont plusieurs amérindiens qui ont crée des films dans la Wapikoni, étaient réunies au Coeur des sciences de l'UQAM, transformé en tanière des loups pour le FNC. Le rappeur Samian a livré une performance. Vous pourrez entendre des extraits de notre entrevue avec Manon Barbeau lors de la prochaine émission d'Écran Total.

Demain, je serai aux premières loges pour visionner le nouveau film de John Boorman, Tiger's Tail. Le cinéaste britannique recevra lors de la soirée une Louve d'honneur en hommage à l'ensemble de son œuvre. Cet événement aura lieu au cinéma l'Impérial à 19h00.

1 comment:

Perlin said...

Il était temps que l'on fasse un film à partir cette période honteuse de l'histoire du Royaume-Uni. Margaret Thatcher a montré son vrai visage, celui d'un être ignoble et cruel. La mort des prisonniers irlandais aura au moins servi à ouvrir les yeux de beaucoup de gens sur la barbarie anglaise envers les Irlandais.